S'inscrire à la Newsletter
Qui est en ligne
5 Visiteurs Connectés
Visiteur n° 3987797

Chants et Danses traditionnel en NZ

Partager
  • Facebook
  • MySpace
  • Google
  • Twitter
  • Digg
  • Favoris
  • Email
  • Imprimer

 

Sous le nom « Haka » sont regroupés les chants et danses Maori. Connu mondialement par le public sportif grâce à celui exécuté par les joueurs de l’équipe de rugby de Nouvelle-Zélande au début de chaque match. Ce Haka n’est pas le seul et unique, il en existe des centaines d’autres plus ou moins connus, classés par types et souvent interprétés à des moments bien spécifiques.

 

Danse Maori

Le Haka pour les Maori est plus qu’une danse. Ce n’est  pas uniquement un passe-temps, en son temps, le Haka a aussi été une coutume de haute importance sociale dans l'accueil et le divertissement des visiteurs. Les capacités à exercer les Haka  jouaient en bien ou en mal sur la aura, la réputation et la place de la tribu au sein de la communauté Maori.

 

 

Le Haka Haka Maoriest une composition interprétée à l’aide de plusieurs instruments. Mains, pieds, corps, voie, langue et yeux, tous jouent leur rôle dans ce mélange bien orchestré pour transmettre dans leur plénitude, le défi, l'accueil, la joie ou la dérision des mots.

Le Haka est disciplinée et plein d'émotion. Plus que d'autres aspects de la culture Maori, cette danse complexe est l’expression de la passion, du dynamisme et de l'identité de la race. Le Haka  est à son summum, un message de l'âme exprimé par des mots et des postures.

 

Les types de haka

Il existe deux grandes familles de Haka, avec armes « Peruperu » ou sans armes « Taparahi ». De nos jours le Haka le plus pratiqué étant celui sans armes. Chaque type de danse est connu sous différents nom suivant la région ou la tribu, avec quelques variantes dans l’interprétation, Peruperu et Taparahi étant les noms génériques. Sous ses 2 grandes familles, il existe différents Haka, répartis suivant leurs durées ou leurs attributions. Chaque danse est exécutée avec rigueur, respectant des mouvements et des rythmes propres à ce Haka, en harmonie avec les paroles qui transportent un message thématique qui peut être élémentaire ou profond.

 

 

Danser le Haka

Le Haka est exécuté indistinctivement par des femmes et des hommes, composé d’un leader et par une troupe répartie sur trois rangs, en ligne ou demi-cercle. Le leader est la personne la plus importante, car elle donne le tempo et envoi le Haka en criant « Kia Rite » qui signifi « Prêt à commencer ». Il se déplace à l’intérieur de la formation afin d’encourager et stimuler la troupe.

Les guerriers adoptent une voie sourde tandis que les femmes forment le chœur en arrière plan. Les mouvements sont secs, le rythme est donné par le pied droit frappant régulièrement et violemment le sol. Le reste du corps contribue à l’orchestration en frappant le torse ou claquant les cuisses avec les mains. Des gestes fondamentaux, encore mal vus par certains occidentaux, comme l’étirement de la langue, le clignement ou la dilatation et l’exorbitance des yeux accompagnent la danse.

Chaque geste a ses règles et sa signification. Les hommes et les femmes peuvent dilater et exorbiter leurs yeux  « Pukana » considérés comme étant les  fenêtres de l’âme. Les femmes sont les seules à cligner des yeux « Potete » de temps à autres durant la cérémonie. En revanche seul les hommes, peuvent étirer leur langue « Whetero » tout au long de la cérémonie. Considéré comme la voie de la parole et de la prise de décision au Marae et les femmes n’étant pas les principales interlocuteurs ne peuvent pas faire ce mouvement. La langue est aussi considérée comme l’extension visible de leur virilité, c’est donc aussi pour ça que seul l’homme peut déployer sa langue sur toute sa longueur.

Un Haka ne comportant pas ses différents éléments ou ayant l’un d’entre eux mal exécuté est considéré comme médiocre.

 

Ka Mate, le plus célèbre des Haka

Kia rite

Kikiki!

Kokoko!

Kei waniwania taku hika;

Kei tara-wahia!

Kei te rua i te karokaro

He pounga rahui!

He uira ki te rangi !

Ketekete mai hoki to poro kai-riri;

« Mau au, e Koro e? »

« I a, ka wehi au, ka mataku ! »

Ko wai te tangata kia rere ure?

Tirohanga nga rua rerarera

Hei a kuri ka kamukamu

Ka mate! Ka mate!

Ka ora! Ka ora!

Tenei te tangata puhuruhuru

Nana nei te tiki mai

I whakawhiti te ra!

Upane! Upane!

Upane! Ka upane!

Whiti te ra!

 

 

Auteur : Grégory Trastour