S'inscrire à la Newsletter
Qui est en ligne
5 Visiteurs Connectés
Visiteur n° 3991160

Le mode de vie des Aborigènes

Partager
  • Facebook
  • MySpace
  • Google
  • Twitter
  • Digg
  • Favoris
  • Email
  • Imprimer

 

Mode de vie des aborigenes

Les aborigènes étaient très communautaire, ils ne vivaient que de la chasse, la cueillette utilisation du feuet parfois de la pêche pour certains d’entre eux. Ils étaient habillés avec peu de vêtements justes de quoi cacher leurs sexes, les femmes ont la poitrine nue. Les enfants vivent comme leurs parents, nus et pieds nus. Comme des petits sauvages. Comme ils étaient nomades, ils se déplaçaient souvent au grès des saisons, de l’eau, de la nourriture et des rites à célébrer. Ils fabriquaient aussi leurs huttes et  partageaient tous leurs repas ensemble.

 

Language entre les aborigenes

Le langage Aborigène n’a pas d’écriture par conséquent, il reste encore gardé secret considéré comme sacré, et surtout il faut qu’il soit ignoré des hommes blancs. Leur langage se perd au fil des années pour laisser la place à l’anglais. On estime qu’il y aurait eu 260 langages différents et 600 dialectes à travers l’Australie et que de nos jours ils n’en resteraient qu’une vingtaine.

 

L’éducation pour un jeune aborigene

education des enfants aborigenesPour un enfant Aborigène l’éducation  se fait tous seul. Considérant  que l’enfant qui naît est un ancêtre qui revient ; il n’a rien à apprendre, il connaît déjà tout. La seule chose qu’il va devoir connaître c’est le respect envers sa tribu. Ces parents sont là pour le protéger, le nourrir et en aucun cas le punir. Lorsque l’enfant atteint l’age adolescent, les choses changent pour lui. Les filles commencent l’initiation lors de leurs premières règles, et pour les garçons  ils sont emmenés hors de la tribu avec la personne la plus agès du groupe « le sage » pour apprendre la langue, les mythes originales lors de cérémonies. Ce que l’on appelle la « Dreamtime ».

 

En bref :

De nos jours à l’heure du 21ième  siècle les aborigènes auraient perdus toutes leurs connaissances si il n’existait pas des réserves comme à Alice Springs ou les Terres Darhlem. Servant à expliquer leurs coutumes aux touristes.

Auteur : magali Trastour