S'inscrire à la Newsletter
Qui est en ligne
5 Visiteurs Connectés
Visiteur n° 3987788

Les Aborigènes Aujourd'hui

Partager
  • Facebook
  • MySpace
  • Google
  • Twitter
  • Digg
  • Favoris
  • Email
  • Imprimer

 

Cet article est rédigé à partir d'un constat personnel et n'engage que moi. Avant de partir de France je défendais le parti des aborigènes en ne me basant que sur les faits historiques et les dires de beaucoup de personnes sur les sites Internet. Depuis notre aventure en Australie, mon avis a un petit peu changé et je vois maintenant les Aborigènes autrement.

Il est vrai que l’arrivée des occidentaux avec leurs us et coutumes sur les terres australiennes fut le début du déclin de la plus ancienne des civilisations de la planète. En effet notre mode de vie occidental ne correspondait en rien à la façon de pensée des Aborigènes surtout à l’époque de la colonisation. Les Aborigènes furent rapidement dépossédés de leur terre, chassés dans tout les sens du terme, déplacés, massacrés et mêmes exposés dans les musées européens.

 

Face à cette déferlante de violences colonialistes. Les Aborigènes, n’étant pas guerrier dans l’âme, ne se sont pas réellement rebellés contre l’envahisseur comme d’autres peuples oppressés l’ont fait (Indiens d’Amérique ou Maori de Nouvelle-Zélande). Ce peuple pacifique basé sur une culture et un mode de vie spirituelle, s’est laissé déporté et s’est replié sur lui-même. Les Aborigènes  perdirent au passage une partie de leur culture et de leur art, généralement dût à la disparition d’un chaînon du savoir.

 

De nos jours les aborigènes, ne se sont toujours pas intégrés à notre civilisation et à notre mode de vie occidentale. Ils restent retranchés dans leur culture et sur leurs territoires qu’ils rendent inaccessibles. Ils évitent de rentrer en contact avec nous et protègent leurs légendes en les gardant secrètes et en pratiquant leur rituel traditionnel à l’abris de nos regards.

 

Les aborigènes que nous pouvons croiser dans les complexes urbains ou dans les villages aménagés par le gouvernement Australien ne sont pas réellement à l’image de ce que nous nous en faisons avant d’arriver dans ce pays. La majorité de ceux que nous avons croisé, étaient ivres déambulant dans les rues ou  jonchant le sol. Une très faible minorité d’entre eux arrivent à s’en sortir en utilisant et en mettant en avant leur Art et leur culture tout en faisant attention de ne pas en dévoiler de trop afin de ne pas froisser leur peuple. La plupart vous racontent qu’ils font partis des enfants arrachés à leur famille lors de leur tendre enfance. Nous en avons rencontrés dans le Centre Rouge en panne sur le bord de la route, il refusèrent notre aide mais demandèrent de l’argent. Le touriste étant pour eux une autre source de revenu !!!

 

Le gouvernement Australien, leur attribut une allocation hebdomadaire ainsi que des logements en guise de réparation pour les agissements des colonisateurs. Mais cette aide pécuniaire est bien souvent utilisé pour acheter de l’alcool et se détruire encore plus. C’est un bien triste spectacle qui nous ait offert et je pense que ce n’est pas comme cela que les Australien changeront leur vision sur les Aborigènes.

Les touristes que nous sommes veulent absolument rentrer en contact avec les Aborigènes et s’initier à leur coutumes, bien souvent pour une question de mode car c’est en ce moment dans l’air du temps et pour une soi-disant recherche de la spiritualité !!!

 

Je pense que nous leur avons fait assez de mal comme ça, "LAISSONS LES TRANQUILLES", dans ce qui leur reste de terre, ce ne sont pas des animaux de cirque. Ils ont leur culture qu’ils essayent de reconstruire, un jour peut-être qu’ils voudront à nouveau essayer de partager leur monde avec nous, à ce moment là et seulement à ce moment nous serons peut-être inviter à les rejoindre et à comprendre. Je ne me sens pas l’âme d’un défenseur pour les opprimés mais je pense que c’est à la portée de tout le monde de comprendre leur besoin d’intimité.

Auteur : Gregory Trastour